Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 10:00

120214_mclaren_automotive_dunsfold_test102.jpg

Par Frédéric Lardenois

Si la prise des clefs d’une MP4-12C, pendant quelques jours, avait tout pour exciter mes synapses, je vous confesse que je n’ai toujours pas, je le regrette, jubilé comme le jour des résultats du baccalauréat. Ma réaction, après 72 heures passées outre-Manche dans la périphérie de Londres, a été toute autre. Je suis aujourd’hui, plus que jamais, admiratif. Presque jaloux. Et rassuré… Dans un monde qui fait la part belle à l’apparat et la médiocrité, l’un prenant le pas sur l’autre à mesure que l’homme s’évertue à noyer son incompétence sous d’épaisses couches de fard, je ne pensais pas, après une quinzaine d’années à plein temps dans le milieu, me prendre une telle claque. Une réelle bouffée d’espoir, découvrant chez McLaren que la quête de perfection n’était pas un vain mot. Et que des irréductibles unissant leurs forces pouvaient légitimement y prétendre. Entendons-nous bien, la MP4-12C Vulcano Red avec laquelle j’aurai eu tout le loisir de goûter au quotidien des amateurs fortunés n’est pas parfaite. Pour ce qui est du goût de chacun : la ligne très sage peut déplaire et la rigoureuse conception de l’ensemble, conséquence directe de l’expertise technologique des géniteurs, irriter les tifosis qui voient dans l’habitée 458 Italia – sic – la concurrente à abattre (même si lesdits défenseurs, 99 fois sur 100, n’ont jamais posé leurs fesses dans une Ferrari). A Woking, berceau de la marque britannique qui cumule, excusez du peu, 700 participations en Grand Prix, 7 titres de Champion du Monde, une victoire toutes les cinq courses et des succès en Can-Am, Indy et Endurance, j’ai mis les pieds sur une autre planète. Un monde où la réflexion précède l’action, où l’intégration des détails figure en tête de liste des préoccupations quotidiennes. /…/

Meilleur des deux mondes

Je croyais, bonjour les préjugéss, que nos voisins allemands avaient l’apanage de l’organisation. Ces Britanniques là (qui, ne l’oublions pas, collaborent toujours étroitement avec Mercedes, qui leur fournir d’ailleurs les voitures de société !) associent passion et rigueur. Un signe ne trompe pas : les sourires. De l’hôtesse d’accueil, cintrée dans son tweed fleuri, au mécano chaussé de ses sneakers McLaren, tout le monde est affable. Et content, à croire la mine radieuse de nos camarades, à l’idée que vous puissiez partager leur journée. Cet incroyable travail de préparation est flagrant à l’heure de partir en balade, par monts et par vaux, dans l’exemplaire rouge métallisé qui nous est dévolu. Vous vouliez des sites typiques ? Les voilà sélectionnés dans la carte placée dans la voiture. Vous voulez profiter du circuit de Dunsfold pour prendre pleinement conscience du potentiel de la MP4 ? Sur place, ils sont au courant, pas besoin de vous arrêter à la barrière. Ne vous inquiétez pas du retour à l’aéroport dans trois jours, un chauffeur est commandé, mais prévoyez de revenir vingt minutes plus tôt, les veilles de week-end le trafic est chargé. Aaarghhh ! Ca existe des pros pareil ?! /…/ Direction le circuit de Top Gear pour libérer la bête ? Une bonne demi-heure de route bosselée, étroite et cassante, empruntée, vive Sa Majesté, dans le mauvais sens, rien de tel pour découvrir une monture. Et constater, toujours pantois, que les idées préconçues sont faites pour être démolies. Un coupé ultra-sportif de 600 ch, dans mon monde à moi, ça n’est pas confortable. Pas autant, vous me le concèderez, qu’une routière familière diesel. La MP4-12C, si j’avais bien en tête le souvenir fugace de la traversée, à minuit, de la place de la Concorde en janvier. Et cette sensation irréelle d’un tapis volant gobant les pavés comme Baloche, au bureau, les ours en gélatine. Je confirme : la McLaren met à profit son absence de barres anti-roulis et se montre aussi tolérante dans les ornières qu’un pneumatique d’autocar. Dans le cockpit bardé d’options (plus de 20 000€ de suppléments), l’ambiance est zen.

Bonne à tout faire

En mode Normal, la suspension PCC est impériale. Roulis et plongée sont présents, mais pas contraignants. La direction est ultra précise, mais digeste, et la boîte réglée sur tout auto aussi douce qu’une S tronic, référence en la matière. Même l’ambiance sonore, sur cette position routière, se fait oublier. L’échappement en Inconel monté sur l’auto ne s’excite qu’en mode Track. Sur lequel nous arrivons accompagnés par une bruine d’usage. A Dunsfold, le grand maître, c’est Chris Goodwin. Un doux dingue respecté autant pour la mise au point de la MP4-12C que son record de vitesse à Goodwood en caisse à savons (tapez MP4-T5 sur internet) ! Et les conseils du garçon, déplacé spécialement pour nous expliquer la technologie employée, sont aussi précieux que son humilité. Je n’oublierai pas la première phrase du bonhomme : ‘je l’ai développée pour tous les conducteurs. Pas pour moi.’ Sous-entendu, elle doit convenir à chaque propriétaire lequel, idéalement, doit pouvoir en tirer le meilleur. Un sacré défi, mais relevé : j’aurai au moins, sans parler des limites de la voiture, réussi à atteindre les miennes… Car la Mclaren a beau être une propulsion gavée de chevaux, elle est collée au sol. Fait étonnant, sur le tracé fatigué de Dunsfold, elle continue à digérer les aspérités, mais génère du grip à mesure que vous haussez le ton. Ce que fait, sans la moindre précaution, l’échappement sport. Dans la voiture, impossible de communiquer. Le V8 gronde, hurle, vous téléporte entre 3 et 7000 tr, plage de couple constant. La boîte, dont je confesse ne pas encore avoir compris toutes les subtilités, se commande via les palettes alu au volant, la gauche étant liée physiquement à celle de droite. Vous poussez ou tirez, et ça fonctionne. Et les rapports s’égrènent vitesse grand V, le tachymètre dépassant en un clin d’œil les 220 km/h. Le freinage, à ce jeu, m’a laissé sur le derrière. Les versions acier, au toucher de pédale légèrement plus spongieux, offrent la même assurance que les céramiques essayés par ailleurs. Et l’aérofrein, qui se cabre jusqu’à 69°, vous tasse l’arrière train à l’entrée des épingles. Le feeling ? Intriguant. Inédit, devrais-je préciser, car la conduite sportive ne déclenche aucune appréhension. La gestion électronique, cheval de bataille de McLaren, réfléchit bien plus vite que vous. Rendant les réactions moins prévisibles que celles d’une suspension ferme et classique, comme dans une… 458 Italia, par exemple. Voilà pourquoi d’aucuns lui octroient un supplément d’âme, optant pour la gigue aux valses bien orchestrées. Pour ma part, après 30 tours de circuit et 300 km de ruban anglais, j’affiche ma préférence. La MP4 est un outil. Prolongement de la main de son créateur, génie sorti de sa lampe dont la flamme, 41 ans après la création de sa première coque carbone, n’a jamais autant brillé…

Dunsfold, England

S’est sur cette ancienne base militaire empruntant une partie de piste d’atterrissage que McLaren a effectué le gros de la mise au point de la MP4-12C. Tenter d’en tirer la quintessence sur un bitume incertain et gras-mouillé aura eu un mérite : prouver que la voiture génère de plus en plus de grip à mesure que vous accélérez. Son équilibre est étonnant et son freinage, avec ou sans les disques céramique optionnels, bien aidé par l’aérofrein mobile. L’absence de barres antiroulis, saluée sur route ouverte et en usage quotidien, intrigue en mode Track : le transfert des masses s’accompagne d’un flux hydraulique qui stabilisé l’assiette. Moins instinctif que des combinés traditionnels, mais diablement efficace quand le mode d’emploi est intégré.

Note : 9,4/10

Partager cet article

Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 22:15

 


 

Partager cet article

Repost0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 22:20

MP4 complete

I just uploaded a new version of my file dedicated to the MP4-12C. It is updated with test and reviews up to te current issue of Auto (Italy). I did not include yet data related to the latest Auto Bild test, as it is of very little interest with the exception of the circuit lap time. File available on Yousendit until June 6th.

Je viens juste de mettre en ligne sur Yousendit une mise à jour de mon dossier complet dédié à la MP4-12C. Il est essentiellement en Anglais mais comporte tout de même quelques articles en français. Il s'arrête à l'essai complet publié récemment par Auto (Italie). Fichier disponible jusqu'au 6 juin.

Partager cet article

Repost0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 23:30

Article en Français et Anglais / Article in French and English

Comparatif incluant les Lamborghini Aventador, Nissan GT-R 2012, Porsche 911 (991) et quelques autres voitures évoluant un ton au-dessous / Comparison test featuring in addition to the MP4-12C : Lamborghini Aventador, Nissan GT-R 2012, Porsche 911 (991)...


Track/Circuit - Goodyear Mireval testcenter (3,3 km)
1:30,58 min - McLaren MP4-12C (1453 kg)
1:30,69 min - Lamborghini Aventador LP700-4 (1787 kg)
1:31,54 min - Nissan GT-R My2012 (1767 kg)
1:33,14 min - Porsche 911 Carrera S PDK (1494 kg)
1:35,74 min - Mercedes-Benz SLS AMG Roadster (1736 kg)

0-100 km/h:
2,9 s - Aventador
3,3 s - GT-R
3,5 s - MP4-12C
4,1 s - SLS AMG Roadster
4,6 s - 911 Carrera S PDK

Freinage / Braking (100-0 km/h):
32,9 m - MP4-12C
33,1 m - Aventador
34,1 m - GT-R
34,3 m - 911 Carrera S PDK
34,5 m - SLS AMG Roadster

 

Update/Mise à jour : scans @ German Car Forum.

Partager cet article

Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 19:59

Aller vers 1"30 pour l'essai sur circuit, avec et sans aides à la conduite. Intéressant ! Et ne vous laissez pas perturber par l'image fixe ci-dessous...

 


 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 07:00

 


 

Partager cet article

Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 06:00

 


 

Partager cet article

Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:00

 


 

Partager cet article

Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 19:15

Voici la version en français de mon billet précédent, avec la table d'évaluation complète de la MP4-12C par le magazine Italien Auto. Notes de la Ferrari 458 Italia données entre parenthèses.

 

Habitacle
L'intérieur donne l'impression d'être assis dans une monoplace, sauf qu'il y a deux sièges. Excellent.
9.5 (9)

 

Planche de bord
Bien dessinée et finie, avec quelques solutions originales telles que l'écran vertical; nombreux espaces de rangement.
9 (9)

 

Habitabilité
Il est nécessaire de baisser la tête en entrant dans la voiture pour éviter d'heurter la porte et il faut enjamber le châssis monocoque pour s'assoir. A part cela, l'automobile est confortable.
7 (7.5)

 

Coffre
Similaire à celui d'autres voitures du même genre : le compartiment avant est généreux et offre un volume utilisable, et il y a un espace de rangement derrière les sièges.
7.5 (7.5)

 

Visibilité

Exceptionnelle vers l'avant, grâce au large pare-brise. Plus critique de ¾ arrière, comme pour la majorité des concurrentes..

7.5 (6.5)

 

Air conditionné
Il n'y a que 3 buses d'aération, mais celles-ci sont efficaces. Un système de très bonne qualité.

9 (9)

 

Qualité
Finition remarquable, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Les matériaux utilisés sont de très haute qualité.
9 (8)

 

Hi-tech
Le système de navigation est optionnel, l'équipement de série n'offrant que la radio et la connexion USB avec un iPod. Nombreux bugs logiciel.

 6.5 (7)

 

Equipement
L'équipement de série est complet et peut être enrichi par de nombreuses options proposant des composants hautes performances. Nombreuses pièces carbone alourdissant la facture.
7 (7.5)

 

Prix
Comparable à celui de ses rivales. C'est la seule voiture à châssis carbone aux alentours de 200 000 euros.

6.5 (6)

 

Moteur
La première accélération vous coupe le souffle. Le V8 est explosif dès les plus bas régimes et s'envole jusqu'à 8500 tours/min.
10 (10)

 

Accélerations
Nous n'avons pas été capable d'atteindre les 3”1 promises, mais la poussée du moteur est inépuisable. Au kilomètre, la voiture atteint presque les 270kph.
10
(10) 

 

Reprises
La flexibilité du moteur est immense et il reprend avec vigueur dès les plus bas régimes.
10
(10) 

 

Vitesse de pointe
Les 310kph sont atteints à un bon rythme, la voiture s'essoufle un peu ensuite...
10
(10) 

 

Consommation
Sur la base des valeurs relevées pendant l'essai, celle-ci est "raisonnable" lorsque l'on roule à un rythme constant. Très sensible aux changements de rythme.
6.5 (6)

 

Transmission
Très silencieuse, contrairement à certaines rivales. Manque parfois d'intelligence en mode Track.
9.5 (10)

 

Direction
Bien calibrée pour tous les usages : légère et avec un bon rayon de braquage pour la ville, communicative et précise lorsque le ryhtme s'élève.

9.5 (9.5)

 

Freins
Excellentes distances de freinage. Mais le dosage pourrait être amélioré, la pédale devient un peu spongieuse dans le temps et lors des freinages à haute vitesse l'arrière à tendance à manquer de stabilité.

8 (9.5)

 

Tenue de route

Très bon équilibre, avec un léger sous-virage qui procure sécurité et assurance. Très grande adhérence latérale.

10 (9)

 

Stabilité
Sans
ESP, la MP4 est raisonnablement docile dans les mains d'un conducteur expérimenté et faisant preuve d'intelligence.

9 (8.5)

 

Confort
La capacité d'absorption des suspensions est incroyable, du niveau de celles d'une Classe E. Niveau sonore acceptable.
8.5 (7.5)

Partager cet article

Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 00:05

mp4_in_milano_0642copy.jpg

Full scans available on German Car Forum thanks to Dede. Translation below obtained with the help of Google... I hope not too many mistakes. Ferrari 458 Italia values under brackets. VERSION FRANCAISE A SUIVRE !

 

Cabin
The interior gives the feeling of seating inside a single seater, but there are two seats. Truly excellent.
9.5 (9)

 

Dashboard
Well designed and finished, with some original solutions (vertical display); also has ample storage.
9 (9)

 

Habitability
It is necessary to lower the head in order to avoid hitting the door and to step over the body to sit into the car. Without this, the car is comfortable.
7 (7.5)

 

Trunk
In line with other similar cars: the front compartment is generous and usable, and there is some space behind the seats.
7.5 (7.5)

 

Visibility

In front, it is exceptional: the large windshield allows a perfect visibility. Critical, as for the rivals, is the ¾ rear.

7.5 (6.5)

 

Air conditioning
Only three nozzles, but adequate flow and air flow. Very comfortable for uncompromising quality.

9 (9)

 

Quality
Remarkable execution, both in the passenger compartment and for the body work. The materials are of uncompromising quality.
9 (8)

 

Hi-tech
The navigation is optional and the factory system only offers radio and
USB iPod. Several times the software went into "freeze."
6.5 (7)

 

Equipment
Complete standard equipment, expandable with higher performance components. A lot of carbon parts available at a high price.
7 (7.5)

 

Price
In line with rivals. It is the only car featuring a carbon shell at around 200 000 euros.

6.5 (6)

 

Engine
The first acceleration takes your breath away. The V8 is explosive at the bottom and can also stretch up to 8500.
10 (10)

 

Acceleration
We were unable to reach the 3”1 promised, but the rush of power is relentless. After 1km, it almost reaches 270kph.
10
(10) 

 

Elasticity
The engine pulls with an unbeatable flexibility, which allows you to resume from low regimes very quickly.
10
(10) 

 

Top speed
You cannot expect more. It goes with a good momentum uo to 310kph, but requires some patience after…
10
(10) 

 

Consumption
Considering what has been used during the trip, the mileage at a constant rate is interesting. Very sensitive to changes in pace.
6.5 (6)

 

Transmission
Very quiet in operation, unlike other rivals. In Track mode, however, lacks a little malice.
9.5 (10)

 

Steering
Well calibrated for any situation: light and with good turning circle for the city, communicative and precise at speed.
9.5 (9.5)

 

Braking
Excellent distances. But the modulation is improvable, the pedal becomes spongy after work, at speed the tail meanders.

 8 (9.5)

 

Road handling

Very well balanced, with a little understeer which provides safety and confidence. High lateral grip.

10 (9)

 

Stability
With
ESP off, the MP4 is reasonably manageable, if in the hands of a skilled driver with the head on his shoulders.

9 (8.5)

 

Comfort
The level of absorption of the suspension is insane, it seems to be an E-Class. Acceptable noise level.
8.5 (7.5)

 

TOTAL RATING 179.5 (177)

Partager cet article

Repost0

Recherche / Search

Liens / Links