Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 07:00

 


 

Partager cet article

Repost0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 07:00

 


 

Partager cet article

Repost0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 15:00

 


 

Partager cet article

Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 21:00

Partager cet article

Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 23:00

 


 

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 14:00

Compilation of performance test results (in metric standard - I still have to do the same for UK tests). Regular updates scheduled when new tests are published. Auto Zeitung results (0-100 km/h: 3,0 s / 0-200 km/h: 8,7 s) not included because recorded during a first drive and not during a fully instrumented test.

Synthese.JPG

* Sport Auto values from the 0-300-0kph test in Papenburg, values between brackets are from the Supertest.

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 17:00

spf1d.jpg

My previous post has been translated and used on German Car Forum, so for English readers, I will redirect you to the discussion thread over there (with scans of the article).

Similarly, you can also follow a discussion I started on the topic on McLaren Life.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 08:00

mclaren_dunsfold_111028368_1.jpgJuste quelques bribes, le magazine est sorti aujourd'hui et je ne compte pas reproduire l'intégralité de l'article avant qu'il ne soit plus dans les kiosques. Autant le dire tout de suite... personne ne gagne le duel. Ce qui, compte tenu de l'historique des confrontations entre les deux voitures et du côté assez radical des opinions du magazine, est une bonne nouvelle pour McLaren. Je reviendrai plus en détails sur le magazine dans un mois...

Conclusion: Ex aequo !

Tout cela pour dire que ça se joue dans un mouchoir de poche. Au final, la Ferrai conserve un avantage en terme de feeling au volant mais la McLaren est aussi (voire plus) performante. Elle est aussi plus rapide (de peu) sur le Bugatti mouillé, et (de beaucoup) sur le tour du Nürburgring, comme en témoignent les mesures de nos confrères de Sport Auto en Allemagne. Alors, ne me demandez pas de choisir : je prends les deux. La Ferrari pour les trajets de moins de 200 km sur le sec et la McLaren pour les autres.

L’avis de Laurent Chevalier

J’espérais que cette confrontation permette de les dissocier… Au contraire, cela ne fait que les rapprocher. Ces sœurs ennemies sont de vraies jumelles et jamais un choix n’aura été aussi cornélien. Je botte en touche en restant sidéré par leur niveau de performances !

Accélérations

Les valeurs sont si proches qu’il faut parler en centièmes de seconde ! Avec un 0 à 100 km/h en 3’’3 et un 0 à 200 km/h en 9’’2, ces deux bombes ouvrent une nouvelle ère dans le domaine des performances de supersportives.

Freinage

Notre McLaren d’essai n’a pas l’option céramique, contrairement à la Ferrari. Cela explique sans doute l’écart en faveur de l’italienne en terme de distances d’arrêts depuis 200km/h (129m contre 132m).

Comportement

Notre Ferrari d’essai est plus radicale que la McLaren, surtout sur piste humide. La 458 conserve un avantage en termes de feeling au volant sur circuit (sec) mais la MP4 est plus polyvalente et motrice mieux.

Temps sur le circuit du Mans Mouillé : McLaren 1’59’’39 / Ferrari 1’59’’60

Manque de grip pour la Ferrari sur la piste humide, aides pas déconnectables complètement sur la McLaren, ce qui est un peu frustrant.

file.jpg

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 22:00

I have spend some time compiling data and translated comments.

6465674243 0e9fdc5cfb oNürburgring Nordschleife : 7'28" / 10 points (out of 10)

With the second fastest ever lap time, the McLaren MP4-12C sets the pace. When all sensors are operational, it provides its driver with absolutely inspiring driveability. The grip on the rear axle never seems to subside and the limit tends to be displayed by a slight understeer.

Hockhenheimring : 1'08"7 / 10 points

It is difficult to believe that the MP4-12C can achieve such handling performance without anti-roll bars and without mechanical differential lock, but it does! The pitch and roll are extremely low, thanks to the adaptive damper system, and the traction without concern. In high speed areas, the deceleration performance is convincing – up to 12.9 m / s ².

0-200-0 km/h : 15 seconds / 10 points

Thanks to the automated double clutch transmission, the acceleration is stunning. The traction control measures accurately the amount of slip for optimal take-off. Although the brakes provides good results at high speed (in combination with the airbrake), the final deceleration value (10.7 m / s ²) is rather modest due to lack of quality control in the lower speed range.

Aerodynamic balance : front load 2kg ; rear load 62 kg / 10 points

Even without excessive spoilers, the McLaren achieves significant downforce on both axles. When the rear wing is set in the high-downforce position, 610 Newton of downforce is generated at the rear, but the front value is reduced from 92 to 19 Newtons. The drag coefficient is rather modest at 0.37 with the wing in high position.

Lateral acceleration : 1,4g / 10 points

36m slalom : 138 km/h / 10 points

Until 85% of its performance envelope, the MP4-12C exhibits a very direct and absolutely neutral handling but some changes appear when getting close to the limit. In opposition to the track, where turn-in was brilliant and the steering completely neutral, the behavior reaches its limits in the many successive changes of direction of the 36-meter slalom. However, reactions are never excessive and always easy to control.

Evasive test : 157 km/h / 10 points

"It cannot be safer – goes like on rails," such is the comment written on the test sheet. The swaying tendency that was complained about in the 36-meters slalom is completely alien here. Totaly neutral, the McLaren masters this discipline. It does not reach the absolute best value, but the driveability and safety are at the highest level and deserve respect. The limiting factor here is probably the tire grip.

Wet handling : 1'38"7 / 1 point

Despite the bad lap time, the behavior is acceptable insofar as it is predictable and not tricky. The loss of grip is announced in an appropriate manner. The ABS is convincing in the wet with a high control performance. This is also the case for the intervention of the electronic stability systemif it is enabled.

By the way: the air conditioning also shows high efficacy in a wet environment, avoiding fog on the windows.

Total : 70/70 (71/80 with wet handling)

Driving pleasure : 10/10

Everyday use : 7/10

The McLaren MP4-12C has met with brio the expectations of the Supertest. With the exception of the wet handling, it has reached top score in all categories, a rare achivement.

Performances does not disappoint, but it was expected from a 600 hp, 3.8-liter twin-turbo V8 operating in conjunction with a double clutch gearbox:

Prior to the test, how would behave the complex avantgarde suspension/chassis was a big question mark. But convincing lap times on the one hand and satisfactory evidence of a perfectly mastered roll or ride comfort on the other hand show that McLaren has reached its claimed target.

Notes:

- Test car had a sensor defect on the suspension on the first day of the test, which impacted its handling. Issues have been solved after repair (hence the comment in the Nürburgring paragraph).

- Braking performance is not fully convincing, in particular at low speed. The value registered at 100km/h does not compare favourably versus Porsche, Ferrari and Co. The concern is clearly not fading, but maybe mismatc between (ceramic) brakes and tires. ABS set-up issues.

- Baseprice: 200 000€ / test case price 262 311€, including ceramic brakes and sports tires.

Screen capture2
Screen capture3

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 22:00

111024 mclaren dunsfold594Avec la nouvelle année, voici l'occasion de faire un rapide bilan de la première année de production de la MP4-12C. Et force est de constater que tout n'a pas été rose, loin de là ! Tout d'abord, McLaren a enregistré de sérieux retards de production, des rappels (électriques, électroniques notamment) sur les premiers véhicules livrés, poussant Ron Dennis à émettre un courrier à ses clients. Le système IRIS qui semblait faire la fierté de la marque n'est par ailleurs semble-t-il toujours pas opérationnel. Lancer un véhicule aussi complexe de 0, dans une nouvelle structure et une nouvelle usine qui plus est, n'est pas chose aisée et sans être une excuse, on peut aisément comprendre les problèmes rencontrés par McLaren.
Plus décevant est l'accueil très mitigé reçu par la voiture dans la presse anglo-saxonne, qui lui a réservé un véritable tir de barrage lors des essais publiés en juin. Bien sûr, il faut relativiser, les commentaires ne sont pas si négatifs que cela et la voiture est tout de même un remarquable produit, mais alors qu'on attendait une volée de 5 étoiles après des prises en main élogieuses, tel ne fut pas le cas. Au premier rang des critiques : le son (corrigé semble-t-il depuis), les freins, un comportement insuffisamment joueur et ne laissant pas assez de libertés au conducteur (les plus virulents sur ce points étant les journalistes de Fifth Gear). Les aspects positifs: le moteur, la transmission (bien que les palettes ne fassent pas l'unanimité) et les suspensions (encore que de petits problèmes de mise au points aient été reportés). Les choses ne se sont pas arrangées lors de l'élection de la voiture de l'année, Autocar et Auto Express plaçant la MP4-12C en milieu de peloton, alors qu'Evo l'a élu deuxième juste derrière la Porsche 911 GT3 RS. Seuls Top Gear et Jeremy Clarkson se sont montrés stables et positifs dans leur opinion sur cette voiture.
L'accueil a été un peu plus favorable sur le continent, où peu de magazines l'ont testée (Sport Auto et Auto Motor und Sport en Allemagne, Quattroruote en Italie). Si elle échoue là aussi dans ses comparatifs face à la Ferrari 458 Italia ou la Lamborghini Aventador, les commentaires sont néanmoins plus favorables et les résultats du supertest de Sport Auto particulièrement convaincants - à l'exception du comportement sur piste mouillée, décevant et comparable à ce qu'à obtenu Autocar.
Pour finir sur une note d'espoir, il faut garder à l'esprit que l'ensemble (ou presque) des essais a été fait sur des véhicules de pré-production ou bien de tous premiers modèles et que McLaren a procédé depuis à un certain nombre d'ajustements. On peut donc espérer des essais plus favorables en 2012... à commencer par le Sport Auto français à la fin du mois de janvier.

Partager cet article

Repost0

Recherche / Search

Liens / Links